1) La recherche de la compétitivité

 

 

Aujourd’hui, nous sommes dans une économie mondialisée et les entreprises doivent faire face a de plus en plus de concurrence. Les entreprises adoptent différentes stratégies, certaines tentent d’accroître leur compétitivité, d’autres choisissent d’aller vendre là où il y a du pouvoir d’achat.

 

 

 1)La recherche de la compétitivité

Les entreprises qui décident de délocaliser leur production cherchent à accroître leur productivité, c'est-à-dire a augmenter leur capacité à faire face à la concurrence des autres entreprises françaises ou des concurrents étrangers. On distingue deux sortes de compétitivité : la compétitivité-prix et la compétitivité hors-prix.

  Compétitivité-prix* :

  •  Coût du travail : le coût du travail  est considéré par beaucoup comme l’un des facteurs le plus déterminant dans le choix de délocaliser car c’est celui dont on entend le plus parler. Il est vrai qu’un faible coût du travail permet de diminuer le coût de production et donc de diminuer les prix et ainsi devenir concurrentiel, ceci est le but de toutes les entreprises.

Le faible coût du travail non qualifié n’influe pas vraiment, il arrive en 23è position sur le graphique, en revanche le coût du travail qualifié intéresse énormément  les chefs d’entreprise.

Dans l’Expansion, il est dit qu’un chercheur  marocain de STMicroelectronics est payé 8 fois moins qu’un chercheur français.

L’écart salarial entre les pays développés et les pays émergents est considérable car dans les pays développés l’Etat impose un salaire minimum ( le SMIC en France) et des charges sociales qui augmentent le coût du travail.

Mais le faible coût du travail qualifié n’explique pas à lui seul la décision de délocaliser :

. Selon Suzanne BERGER, «  les faibles salaires ne suffisent pas pour qu’une entreprise délocalise et dans un marché concurrentiel, la pure stratégie de réduction des coûts n’est ni forcément l’unique réponse ni la réponse gagnante a long terme. » (Les rendez-vous de la mondialisation,  La mondialisation détruit-elle les emplois ?,juin 2006)

.Selon Olivier BOUBA-OLGA : «  Les pays dont le coût de la main d’œuvre est très faible ne tirent pas forcément leur épingle du jeu. »

 

De plus, ce qui joue le plus c’est pas le coût du travail, c’est l’importance des frais généraux comme par exemple le coût des locaux, les frais bancaires ou encore les fluides.

 

  • Disponibilité du travail qualifié : Les pays offrant ces faibles tarifs sont de plus en plus spécialisés dans certains domaines, ainsi les travailleurs, connaissant mieux leur métier, sont plus performant. Dans ces pays, on trouve une importante main d’œuvre qualifié, c’est un facteur décisif dans le choix de délocaliser.  En effet comme on le voit sur le graphique ci-dessous, ce facteur arrive en 5è position. L’Inde, par exemple,  est spécialisée dans la haute technologie ; «  plus de 500 000 travailleurs dans ce secteur. L’ Inde  est devenue un géant des technologies de l'information (TI)»(http://www.radio-canada.ca).

 

  • Flexibilité du travail :  Certains pays offrent également  des flexibilité du travail qu’on ne trouve pas en France. Les thaïlandais travaillent 8h/jour et 48h/semaine contre 35h/semaine en France. De plus ils ne bénéficient que d’un seul jour de congé. Cela permet aux entreprises de produire plus en moins de temps et de réaliser des gains de productivité*.

 

D’autres critères qui n’ont rien à voir avec les prix sont décisif dans la décision de délocaliser pour être compétitif dans ce cas là les entreprises adoptent une stratégie dites « hors-prix » et donc c’est ce que l’on appelle la compétitivité hors-prix.

 

 Compétitivité hors-prix :

La compétitivité hors-prix est la capacité d’offrir ses produits indépendamment des prix. La compétitivité hors-prix est fondée sur la différenciation des produits ( différence de qualité, innovation , services accompagnant le produit,…). Dans le cas de la délocalisation les facteurs hors-prix non-négligeables pour être compétitifs sont :

  •  La qualité des infrastructures :( le réseau routier, les liaisons aériennes, le réseau maritime, les universités et centres de recherches, la qualité des telecoms.) La possibilité d'accéder aux centres de recherches les plus avancées,de bénéficier d'une infrastructure complet compte plus que les coûts salariaux.
  •  La qualité des services financiers : C’est un facteur très important car c’est ce qui permettra aux entreprises d’investir. Il arrive en 7è position.

 

  •  La stabilité politique : La stabilité politique est un élément important pris en considération par les investisseurs qui veulent s’implanter à l’étranger, surtout lorsqu’ils envisagent s’installer dans un pays en développement ou en transition.

 

 

  •  La stabilité macroéconomique : c’est le facteur le plus déterminant comme on le voit sur le graphique ci-après. La stabilité macroéconomique se caractérise par une faible inflation et des attentes inflationnistes basses et stables a moyen et long terme (www.seco.admin.ch/dokumentation/.../index.html).

  A268072A.gif (347×760)

 

 Nous avons vu que plusieurs facteurs motivaient la délocalisation dans le but d’être plus compétitifs. Mais certaines entreprises décident de délocaliser pour conquérir de nouveaux marchés, c’est ce que l’on appelle la filiale Relais. 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×