3) Ampleur des délocalisations

 
  • Les délocalisations sont difficiles à chiffrer car il n'existe pas de statistiques exactes servant de référence. À défaut d'avoir des données statistiques précises, des instruments de mesure indirecte ont été établis afin de parvenir à des résultats plus ou moins approximatifs, dans "Les perspectives économiques mondiales" d'avril 2007, le Fond monétaire international (FMI) se concentre sur les biens achetés par les industries de transformation et les services pour mesurer l'ampleur des délocalisations. Seul un suivi précis combinant des observations macroéconomiques des grands agrégats comme les IDE, la balance commerciale, la production et les emplois industriels , et microéconomiques des motivations et des effets des investissements à l'étranger pourraient permettre d'apprécier, sur une période donnée, l' amplitude réelle des délocalisations ( Source: www.aquitaine.travail.gouv.fr, p29)

Délocalisations dans les pays du G7

 

  •  Les délocalisations ont, pour l'instant, un impact limité sur les équilibres extérieurs de la France.




   

 

  •   Ce sont principalement les grandes entreprises et les médianes qui délocalisent. En 2002, la délocalisation des grandes et médianes entreprises représentaient 1/4 des délocalisations.

  •     L 'Inde, la Chine et la Malaisie restent les trois premières destinations de transfert d'activités, record qu'elles détiennent depuis 2004. Les pays d'Europe centrale cèdent désormais du terrain à l'Asie, au Moyen Orient et à l'Afrique du Nord qui apparaissent comme des régions clés d'accueil.  

 

monde    

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×